Copyright 2017 - Custom text here

Choc toxique: pourquoi la coupe menstruelle et les tampons bio sont mis en cause?

 culotte rose

Je jure que j’aimerais vous parler d’autre chose. Je prépare en ce moment même une Encyclopédie comique de la femme libérée et une Autobiographie de la France, mais le devoir m’appelle car la nouvelle vient de tomber sur les réseaux sociaux : la coupe menstruelle serait plus dangereuse que les tampons. Info ? Intox ? En route pour la détox !  (Article Mediapart)

 

C'est une histoire sans queue ni tête et, surtout, sans vagin.

En octobre 2016, le Dr Gérard Lina, un praticien hospitalier du Centre national des hospices civils de Lyon alertait sur la recrudescence du nombre de cas de syndrome du choc toxique (SCT), cette maladie très rare mais très grave liée au port du tampon périodique :  de 4 cas répertoriés en 2004, on était en effet passés à 19 en 2016.

Pour comprendre ce qui avait pu causer cette recrudescence, le Dr Lina a lancé en 2016 une collecte de tampons usagés en vue d'une étude scientifique. 3000 femmes ont répondu à l’appel, et 700 tampons de diverses marques et types ont pu être récoltés. On attendait beaucoup de cette étude qui allait peut-être nous révéler l'impact de la composition des protections intravaginale sur la santé.

J’avais pris contact au printemps avec le Dr Lina, et il m’avait alors expliqué que son étude était pratiquement bouclée, mais butait sur un dernier point : l’analyse ADN des souches de bactéries trouvées dans certains échantillons, afin de mieux comprendre dans quelles conditions le staphylocoque doré se mettait à produire la toxine TSST-1 responsable du SCT. Or, disait-il, les financements manquaient, et il ne savait pas bien quand il pourrait rendre ces résultats publics. Sans donner d’indications sur ce qu’il avait trouvé, il m’avait déjà confié que les tampons bio et la coupe étaient d’après lui susceptibles de produire également un SCT, non en raison de leur composition, mais parce que comme les produits conventionnels, ils avaient pour effet de « bloquer le flux » ce qui pouvait favoriser la prolifération du staphylocoque doré et son entrée dans l’organisme.

Quelle n’a pas été ma surprise de voir apparaître une invitation presse, envoyée à un collègue, qui annonçait de premiers résultats. Le titre de l’invitation, d’emblée, m’a chiffonnée : « Choc toxique lié aux règles : 1ers résultats et lancement d’une grande enquête nationale. »

Déjà, une étude scientifique qui commence par un intitulé erroné ne m’inspire guère confiance. En effet, le choc toxique n’est pas lié aux règles. Aucune femme ne s’est retrouvée à l’hôpital, à la morgue ou handicapée à vie juste parce qu’elle avait ses coquelicots. Dans tous les cas, l’agent pathogène, à savoir le staphylocoque doré, a été causé par le port d’un dispositif intravaginal. En l’occurrence, selon toutes les victimes que j’ai pu rencontrer, des tampons des marques conventionnelles les plus courantes. Un seul cas serait lié au port d'une coupe menstruelle.

La seconde surprise repose sur le schéma qui accompagne le communiqué de presse.

capture-de-cran-2017-07-05-03-12-57

Celui-ci fait apparaître une innocuité quasi-totale des tampons conventionnels testés (Tampax, OB et Nett) alors que les coupes menstruelles Be Cup et Meluna, ainsi que les tampons bio Natracare sont présentés comme favorisant la croissance du staphylocoque et la production de toxine TSST-1. En même temps, comme dirait notre président, le titre du paragraphe affirme le contraire dans les termes suivants : « Des résultats rassurants : aucune protection testée ne favorise la croissance et la production de la toxine ».  

Mais on n’est décidément pas au bout de nos surprises, puisque juste en dessous, le communiqué précise que « certains tampons ont même un effet protecteur ». Comment ? Pourquoi ? L’explication est un chef d’œuvre de flou artistique : cet effet « est principalement lié à leur structure et de façon plus faible à leur composition : la densité des fibres semble jouer un rôle majeur. L’équipe n’a pas observé de relargage par les tampons de produit ayant un impact sur le staphylocoque ».

A notre connaissance, l’étude n’a pas été publiée dans une quelconque revue scientifique, on ne sait rien de sa méthodologie, et les conclusions données lors de la conférence de presse sont si vagues qu’on les croirait écrites par quelqu'un qui a trouvé son diplôme de laborantin dans une pochette surprise.

De surcroît, ce test n’a rien à voir avec la collecte des 700 tampons. C’est juste une autre étude menée par la même équipe en parallèle, consistant à tester des dispositifs intravaginaux achetés sur le marché, parmi les plus courants, en les fourrant dans un sac plastique avec un mélange rappelant l’environnement biologique du vagin, afin d’observer l’évolution staphylocoque doré dans cette "infusion".

Les mauvaises performances dans ce crash test des coupes menstruelles et des tampons bios ne sont même pas expliquées. On aurait pourtant pu s’y attendre car, comme me le rappelait Audrey Gloaguen (autrice de « Tampon, notre ennemi intime », le documentaire diffusé en avril dernier sur France 5), « ces résultats sont à l’inverse de ce que dit la littérature scientifique jusqu’à présent, et à l’inverse de ce que dit le microbiologiste de l’Université de médecine de New York Philip Tierno, qui travaille sur ce sujet depuis 37 ans et dont l’expertise est mondialement reconnue ». D’après lui, ajoute-t-elle, « en ce qui concerne la composition, à ce jour, il n’y a eu aucun cas de SCT lié à l’utilisation exclusive de tampons à 100 % en coton ».

Pour ce qui est de la coupe menstruelle, le Dr Lina a expliqué durant la conférence de presse que sa mauvaise performance pourrait être liée à la capacité de cette protection à transporter plus d’oxygène dans le vagin en raison de sa taille et de son pliage. Une affirmation qui devrait être accueillie avec prudence compte tenu des conditions dans lesquelles les tests ont été réalisés. Sans présager du talent de ces chercheurs et chercheuses, je serais curieuse de savoir comment ils et elles s’y sont pris.es pour reconstituer avec un sac en plastique les conditions réelles d’un vagin et d’un col de l’utérus, sachant que la coupe menstruelle a un effet ventouse qui par définition amène de l’anaérobie. Et cela d'autant plus que la flore vaginale constitue un microbiote complexe et très variable selon les personnes et les moments (et sur lequel des études sérieuses seraient sans doute très utiles aux personnes disposant d’un vagin). Je ne suis pas scientifique (j'ai pas eu la pochette surprise), mais le plastique, puisqu’on en parle, est un produit dérivé d’hydrocarbure. Imaginer qu’il permet de reconstituer l’environnement biologique du vagin me paraît pour le moins hasardeux.

A ce stade de l’article, vous vous demandez sans doute pourquoi, sur la base de résultats aussi approximatifs, l’équipe du docteur Lina et le Pr François Vandenesch, du Centre national de référence des staphylocoques se sont empressés d’organiser une conférence de presse. Eh bien, sans plus attendre, voici la réponse : pour, selon leurs propres mots « rassurer les femmes ». D’après les réactions que je peux lire ici ou là, c’est plutôt le contraire qui se produit pour les personnes usagères de la coupe et des tampons bio. Quant aux autres, elles seront faussement rassurées, car le message principal qui vise à exonérer les tampons classiques repose sur de affirmations très discutables.

Récapitulons l’opération de communication.

D’abord, sur « l’explosion des cas » qui avait causé la première alerte en octobre. Pour le Pr Vandenesch, cette augmentation pourrait être en fait liée à la notoriété grandissante du Centre national de référence des staphylocoques. En effet, le SCT ne fait pas partie des maladies à déclaration obligatoire. L’augmentation observée résulte donc d’une meilleure communication des cas au centre de référence, ce que semble confirmer une analyse plus poussée dans les programmes médicaux informatisés qui répertorient l’ensemble des maladies traitées dans chaque hôpital.

C’est une bonne et une mauvaise nouvelle en même temps : d’un côté on n’a pas d’explosion des cas, donc. De l’autre, cela signifie peut-être que le SCT a fait des ravages dans les années 1990 dont on ne sait strictement rien. Les victimes de la maladie le confirment d’ailleurs. Souvent, elles ont erré de service en service, sans que personne comprenne de quoi elles souffraient. Ce qui est très grave, car plus cette maladie est diagnostiquée tôt, plus on a de chance d’en guérir sans séquelle. Par séquelle, je veux dire « une jambe coupée », par exemple, comme ce qui est arrivé à la sportive et mannequin américaine Lauren Wasser.

L’étude des 700 tampons a aussi permis d’observer que 30 % des femmes étaient porteuses du staphylocoque doré, et 4 % de la souche de ce staphylocoque qui produit la toxine. 4 %, c’est quatre fois plus que ce que l’on pensait. Mais parmi ces 4%, seule 1 sur 10 ne dispose d’aucun anticorps pour l’éliminer. C’est ce 0,4 % qui est à risque, d’après le Dr Lina, non pas parce que des tampons pourraient la mettre en danger, comme aux Etats-Unis le « Rely superabsorbant » qui a causé la mort entre 1979 et 1980 de 38 personnes, sur 813 qui ont subi un SCT, mais pour des raisons mystérieuses qui restent à déterminer.

Combien représentent, en vrai, ces 10 % de 4 % ? On ne sait pas vraiment. Certains tampons montrent la présence de la souche tueuse et l’absence d’anticorps mais proviennent de femmes en parfaite santé. Faute d’études (et de financements), on ne sait pas si le risque est de 1 sur 100 000 ou de 1 sur 1 million. Ça valait la peine d'attendre pour apprendre ça !

Le message principal arrive en fin de conférence de presse : si les femmes sont en danger, c’est de leur faute, et non celle des tampons (à part les coupes et le bio). Car elles ne lisent pas les notices d’utilisation,  et pour les en convaincre, quoi de mieux qu’un peu de battage médiatique ? La « grande étude » annoncée septembre prochain vise donc à savoir comment les femmes utilisent les tampons, pour ensuite les informer. 

Que les médecins hospitaliers, suivant les témoignages des victimes, ne soient eux-mêmes pas suffisamment formés justifierait que l'étude s'adresse plutôt à eux. Mais pointer les femmes du doigt est plus facile que convaincre les médecins d'écouter les malades ou contraindre les fabricants à revoir leurs process de fabrication pour proposer des tampons sans résidus toxiques, par exemple. Après tout, le tabou des règles suffit à les réduire au silence depuis des siècles sur les questions qui concernent leur santé. Si par la même occasion, on peut semer le doute sur les coupes et le bio, l’opération est triplement gagnante pour les multinationales, qui doivent pleurer du sang en voyant leurs courbes de ventes fondre comme neige au soleil.

C’est le moment que choisit le Dr Lina pour nous informer qu’il n’a pas de conflit d’intérêt. Comme on ne trouve pas sa déclaration sur le site dédié, transparence-santé.gouv, il faudra le croire sur parole.  

Quant aux précautions d’emploi qu’il faudrait appliquer en matière de dispositifs intravaginaux, ils tiennent en quelques mots : tampon bio ou pas bio, coupe ou éponge menstruelle réutilisable ou non, œufs de yoni ou boules de geisha, il ne faut pas les garder plus de 4 à 6 heures dans le vagin – et jamais quand on dort. Il faut varier les modes de protection pour éviter de perturber la flore vaginale, ce génial système de défense de l’organisme qui vous protège contre les méchants microbes comme un videur de boîte de nuit. Et il ne faut pas employer de savon pour se laver. Oui, vous avez bien entendu. De l’eau pure, rien que ça. Jamais de douche vaginale et jamais de lingettes parfumées. Votre vagin vous remerciera. Car le vagin est poli, c’est une de ses qualités qu’on mentionne trop rarement.

Enfin, si on présente des symptômes comme des nausées, vomissements, fièvre, rougeurs cutanées pendant ses règles et qu’on porte un tampon ou une coupe ou un sextoy à tête de Trump (oui, ça existe), on l’enlève immédiatement et on file aux urgences. Plus on intervient rapidement et plus on peut soigner un syndrome du choc toxique sans séquelle. Et pour le sextoy à tête de Trump, sérieux, vous croyez vraiment qu’on peut jouir avec ça ?

Source : Article original Médiapart du 5 JUIL. 2017 par ELISE THIEBAUT

f t g m