Ils mènent la guerre contre l'homéopathie : défendons-nous !

tube homeopathique spiritsoleilLe lobbying forcené des laboratoires de la chimie, relayés par les pontes médecins installés depuis des décennies dans le confort institutionnel et de la bonne parole, a eu raison de l'homéopathie. L'ex-présidente d'une institution nucléariste (IRSN), Agnès Buzyn, devenue ministre de la santé par la volonté du monarque-président Macron, dérembourse l'homéopathie avec deux objectifs en tête : discréditer les médecines alternatives et douces dans leur ensemble et tenter de récupérer le "marché" au bénéfice de l'industrie lourde.

 Qu'on ne s'y trompe pas, c'est à une véritable guerre contre l'ensemble des médecines non-institutionnelles que se livrent les potentats de la chimie et de la médecine. Les politiciens asservis ne font que relayer et mettre en forme ce que les dominants économiques et financiers exigent : lutter contre la baisse tendantielle de leur taux de profit, récupérer tous les marchés de la santé (1) et du bien-être, empêcher l'autonomie des citoyen-nes tout en les culpabilisant de creuser le trou imaginaire de la sécurité sociale. Imaginaire car dû pour l'essentiel au non-versement par l'Etat des prélèvements opérés sur les produits à risques (tabac, alccol,...), au retard de versement à la "sécu" par les entreprises des cotisations sociales pélevées sur les salaires, au moindre nombre de cotisants du fait du chômage de masse voulu par l'Europe et devant se situer autour de 11% (2).

 Une procédure non-respectée

plantes homeopathiques spiritsoleilL’avis provisoire de déremboursement de l'homéopathie formulé le mercredi 16 mai 2019 par la Haute Autorité de santé devait, selon la légalité, demeuré non-public afin que les fabricants (notamment Boiron, Weleda et Rocal/Lehning) puissent faire des observations à la HAS, qui aurait pu les auditionner avant de rendre un avis définitif. Mais la chose a étonnement fuité, s'inscrivant dans une campagne de propagande, de désinformations et de manipulations voulant installer l'idée dans le public que le «service médical rendu» de l’homéopathie était insuffisant et donc qu’elle ne devait plus être remboursée.

Les dix jours que les labos homéopathiques devaient avoir pour formuler leurs arguments s'en sont trouvés court-circuités. Difficile, en l’état, de savoir qui a organisé cette fuite. Boiron assurant jeudi 17 mai ne rien avoir reçu à 17 heures, alors même... qu’il avait déjà été contacté par "France Info" affirmant, dans le journal "Le Monde" «connaître la conclusion» de la Commission de la transparence.

La riposte

En toute hâte, il a fallu organiser la riposte à cette attaque. Des dizaines de milliers d'usagers de l'homéopathie se sont mobilisés à travers tout le pays en signant une "lettre ouverte" au pouvoir (3). Plus de 1 millions en fait. En vain, la machine de guerre des adversaires d'une médecine respectueuse du vivant et responsable ont pris le pas sur le mouvement citoyens. Encore et toujours.

Et naturellement la ministre de la santé Agnès Buzyn, elle-même ponte de la médecine institutionnelle et liée au secteur du nucléaire, s’était préalablement engagée à suivre l’avis de la HAS. Cette autorité n'ayant d'autorité que son fonctionennement de co-optation, son entre-soi et ses liens avec les labos pharmaceutiques de toute nationalité finançant en partie les services médicaux et de recherches publics. Leur moyens de pressions sont donc énormes. Des pontes, aux ordres et affichant rosette à la boutonnière, allant jusuq'à prôner la suppression de l'enseignement de l'homéopathie dans le cursus universitaire.

famille nature homeopathie spiritsoleilAlors que des millions de Français se soignent avec l’homéopathie, et ce depuis des générations, que 3 Français sur 4 recourent réguièrement ou ponctuellement à l’homéopathie (4) et que la "Charte européenne des droits des patients" affirme la liberté de choix thérapeutique, que les patients suivis par un médecin homéopathe prennent en moyenne 2 fois moins d’antibiotiques et d’anti-inflammatoires non stéroïdiens et 3 fois moins de psychotropes pour un résultat clinique équivalent (5), que l’homéopathie en complément permet à certains patients de mieux supporter leurs traitements lourds (20% des patients atteints de cancer ont recours aux médicaments homéopathiques pour réduire les effets secondaires des traitements anti-cancéreux (6) : le gouvernement français décide de porter atteinte à ceux et celles qui choisissent de se soigner par une thérapeutique sûre, prescrite et conseillée par des professionnels de santé (7).

Ce faisant le pouvoir du vieux monde tachérien (Margaret Tatcher, premier ministre de Grande-Bretagne entre 1979 et 1990 détruisit tout le bien commun et les services publics anglais pour les livrer aux rapaces de la finance) décide de pousser les utilisateurs vers des médicaments plus coûteux pour la collectivité (8).

 Logiquement, dans cette sinistre mise en scène, ce mercredi 10 juillet 2019, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, officialise avec le feu vert du président-banquier Macron le déremboursement de l’homéopathie d’ici deux ans. Beaucoup plus rapide que pour sanctionner les errements de l'industrie pharmaceutique ou pour sortir du nucléaire.

__

(1) Rien que le chiffre d’affaires en France de Boiron est de 358,55 millions d’euros (sur un total groupe de 604,21 millions) et provient à 60 % des produits remboursables. En cas de déremboursement, les  granules coûteraient plus cher aux consommateurs, qui pourraient - pour partie - s’en détourner.

(2) Le déremboursement de l'homéopathie entraînerait quelque 1300 suppressions d’emplois en France, dont un millier chez Boiron.

(3) https://monhomeomonchoix.fr/

(4) Etude « les Français et l’homéopathie » réalisée par IPSOS auprès de 2000 individus. Octobre 2018.

(5) Grimaldi -Bensouda L et al. PLoS One. 2014 Mar 19;9(3):e89990, Rossignol M et al. Pharmacoepidemiol Drug Saf. 2012 Oct;21(10):1093-101, Grimaldi-Bensouda L et al. BMC Complement Altern Med. 2016 May 4;16:125.

(6) Etude MAC-AERIO, réalisée de janvier à mars 2010 dans 18 centre de soins sur tout le territoire, auprès de 850 patients

(7) 1 médecin généraliste sur 4 et 78% des sages-femmes libérales prescrivent régulièrement de l’homéopathie à leurs patients ; Plus de 21 000 officines y ont recours quotidiennement.

(8) Le prix moyen des médicaments homéopathiques remboursables est de 2,70€ alors que le prix moyen des autres médicaments remboursables est de 9,90€. Sans évoquer les traitements lourds. Actuellement, les médicaments homéopathiques dits «à nom commun» (lestubes de granules) sont pris en charge à 30 % par la Sécurité sociale s’ils sont délivrés sur prescription médicale. Les usagers de l'homéopathie utilisent par ailleurs leur libre-arbitre dans l'usage de l'homéopathie sans passer par le médecin et donc sans faire peser sur la "sécurité sociale" une charge financière, à l'inverse des médecines chimiques.