Copyright 2018 - Custom text here

Médicaments anti-cholestérols...bombes à retardement

 Spirit Soleil, statines

Les traitements anti-cholestérols sont devenus légion, prescrits à tour de bras par la plupart des médecins qui préfèrent ignorer, une fois de plus, les effets secondaires alarmants du principal composant, les statines. Consommées par 6,1 millions de Français pour abaisser leur taux de LDL-cholestérol, les statines seraient une véritable bombe à retardement !

Statines, Spirit SoleilMEDICAMENTS ANTI-CHOLESTEROLS... BOMBES A RETARDEMENT

Plus connues sous les noms de Tahor, Zocor Vasten, Lodales, Crestor, Lovastatine, Pravastatine, Simvastatine, Fluvastatine, etc., les statines sont de plus en plus contestées tant les dégâts qu'elles causent à moyen et long termes sont catastrophiques.

 

Le Dr de Lorgeril, cardiologue et chercheur au CNRS, informe que «de nombreux patients ingérant des statines, se plaignent d’altérations cognitives. En fait les doses de statines utilisées actuellement sont beaucoup plus élevées que celles qui ont été testées en laboratoire… »  Il précise que l'on assiste généralement à une fonte musculaire  progressive et un affaiblissement tel qu’il peut mener à la chaise roulante. Il se produit également un vieillissement accéléré de la peau, mais aussi de toutes les fonctions organiques. De quoi tirer la sonnette d'alarme... ou pas...

 

Une fois de plus, certains médecins font l'autruche et nient les effets secondaires de leurs patients, pourtant de plus en plus nombreux à rapporter leur dégradation. Ainsi, le Pr J. Mansourati, cardiologue, déclare qu' « aujourd’hui, aucune étude ne prouve formellement cette action nocive des statines sur la mémoire ou le raisonnement » Et pourtant ! Deux études de 6 mois relevées par le Dr de Lorgeril, portant sur les lovastatines et simvastatines, ont montré une altération systématique des fonctions cognitives chez les personnes traitées. Quand on sait le nombre de personnes suivies pour leur cholestérol, on imagine à peine la catastrophe passée sous silence.

 

Pourtant, même l'un des plus grand expert des statines (Sir Rory Collins) à finit par reconnaître en février 2015 que finalement, les données disponibles concernant la toxicité des statines « n'ont jamais été correctement évaluées et qu’il serait temps maintenant de vraiment se pencher sur la réalité de la toxicité de ces médicament »1

 

Pour en revenir aux effets secondaires des statines, commençons par citer une source indépendante et sérieuse : à savoir la revue Prescrire 2qui récapitule les effets secondaires constatés de nombreux médicaments, dont les statines et les fibrates qui nous intéressent plus particulièrement.

Citons ainsi :

  • Troubles digestifs fréquents

  • Céphalées, sensations vertigineuses, insomnies, visions troubles, dysgueusies

  • Atteintes musculaires, rhabdomyolyses, tendinites

  • Augmentations des transaminases, justifiant un bilan hépatique avant traitement et une surveillance pendant le traitement jusqu'à 1 an après la dernière augmentation de dose, rares hépatites

  • Éruptions cutanées

  • Diabètes avec la rosuvastatine

  • Rares pancréatites, polyneuropathies périphériques, pneumopathies interstitielles et fibroses pulmonaires

  • Réactions d'hypersensibilité

Les effets indésirables constatés avec les statines (et que l'on retrouve dans la plupart des autres médicaments hypocholestérolémiants) sont beaucoup plus fréquents que ce que les labos veulent bien l'avouer. Le très sérieux Bulletins d'Informations de Pharmacologie constate même que « les effets indésirables des statines [musculaires, diabétogènes (surtout chez la femme), hépatiques, cataractes, asthénie, troubles sexuels] surviennent chez environ 20 % des patients traités par les statines »3. De plus, il semblerait que ces chiffres soient très en dessous de la réalité car, dans la plupart des cas, soit la relation entre un produit et ses effets secondaires est volontairement occultée (pression des labos, négation du corps médical, relation de cause à effet parfois difficile à établir), soit les effets secondaires ne sont tout simplement pas signalés (moins de 1% des effets indésirables serait déclarés !)4.

 

Pour en terminer avec les effets secondaires des statines :

Deux chercheurs en chirurgie vasculaire et endovasculaire ont fourni un rapport sous licence "Creative commmons" (ce qui est suffisamment exceptionnel pour être signalé !) et dans lequel ils font état de tous les effets secondaires dus aux statines qu'ils ont extrait des bases de données Pubmed, EMBASE et Cochrane5. Leur constat est tout simplement édifiant !

En voici les passages les plus édifiants :

« Il y a eu peu ou pas d'impact (favorable) des statines sur le risque de maladies coronariennes en mortalité ou morbidité »

« Nous observons la révélation de la plus grande tragédie médicale de tous les temps. »

« En prévention primaire, nous avons découvert que pour 10 000 patients prenant une statine, il y avait 307 patients supplémentaires atteints de cataractes, 23 autres patients présentant une insuffisance rénale aiguë et 74 patients supplémentaires atteints de dysfonction hépatique. En outre, les statine augmentent la fatigabilité du muscle de 30 % avec 11,3 % d'incidence de rhabdomyolyse à fortes doses. De plus, il induit une myopathie inflammatoire, y compris myopathie auto-immune nécrosante. »

« Un effet supplémentaire des statines est le dysfonctionnement érectile, qui est 10 fois plus élevé chez les jeunes hommes prenant la dose la plus faible des statines. Suite à l'arrêt des statines, 50% avaient une récupération de leurs facultés érectiles dans les 6 mois. »

« L'étude la plus récente de la Womens Inititative a étudiée 153 840 femmes ménopausées sans diabète sucré. Il y avait 10 242 nouveaux cas de diabète auto-déclaré sur 1 004 466 personnes-années de suivi. L'utilisation des statines a été associée à un risque accru de diabète sucré et de cette association est restée après ajustement des autres facteurs de confusion potentiels et a été observée pour tous les types de statine. Les auteurs ont conclu que le risque accru de diabète sucré chez la femme ménopausée est un effet de classe des statines. »

« Une forte association entre la réduction du cholestérol et le risque de maladie de Parkinson a été signalée, telle que chaque mmol/L d'augmentation du cholestérol total était accompagné par une baisse de 23 % du risque de développer la maladie de Parkinson. »

« Un examen systématique a trouvé une preuve modérée que les statines augmentent le risque de cancers cutanés non mélanocytaires (ratio risque médian 1.6, gamme 1.2-2. 2). Pour des raisons inconnues, depuis ces publications, le carcinome épidermoïde a été exclu dans tous les rapports d'essais subséquents de statines. »

« Vinogradova et coll. ont documenté qu'à long terme l'utilisation des statines a été associée à un risque accru de cancer colorectal, cancer de la vessie et cancer du poumon.»

« Une autre corrélation inquiétante a été détectée avec les statines : l'utilisation et l'apparition prématurée de la cataracte. Il pourrait y avoir une explication à la hausse soudaine du nombre de cataractes chez les hommes d'âge moyen. Il y a une probabilité de 50 % du développement de la cataracte chez les patients sous statines à un âge plus jeune que ceux qui n'en prennent pas, qui les développent à un âge nettement plus avancé. »

« En outre, l'utilisation de statine était corrélée à une incidence plus élevée de la sténose coronarienne sévère ainsi que l'augmentation du nombre des vaisseaux coronaires développant une maladie coronarienne obstructive. »

 

Au médicament, le Dr de Lorgeril préfère le régime méditerranéen, qui diminue le risque de récidive d’infarctus de près de 50 %. Et comme toujours, une bonne hygiène de vie comprenant la baisse de la consommation de sucre (car le cholestérol est fabriqué à partir du glucose) et de l'exercice (une heure de marche tous les jours) permettent le plus souvent au patient de retrouver une meilleure santé. Une fois de plus les big pharma mettent leur profit au dessus de notre santé, restons vigilants !

 

1Express UK EXCLUSIVE: Statins expert calls for safety checks over the drug

2Prescrire Profils d'effets indésirables de médicaments cardiovasculaires

3Bulletins d'Informations de Pharmacologie : BIP31.fr 2014,21, (1),1-18 (page 3)

4AlloDocteurs.fr : Pharmacovigilance: notre système est-il fiable ?

5Scientific Research - Open Access : The Ugly Side of Statins. Systemic Appraisal of the Contemporary Un-Known Unknowns

 

Sources principales d'informations pour la rédaction de cet article :

http://www.cholesterol-statine.fr/effets_secondaires.html

Newsletter 32 de Michel Dogna parue dans le Contr'Infos n° 20 du mois d'avril 2014  www.micheldogna.fr

 

f t g m